Swipe to the left

janvier 2018

Prothèse oculaire de recouvrement - Qu’est-ce que c’est ?

Par Sylvie Dencott 2 years ago 3985 Vues Pas de commentaires

Dans quel cas utilise-t-on une prothèse oculaire de recouvrement ?

Quand le globe oculaire est conservé, il peut être appareillé à condition que son volume soit réduit par rapport à l’œil sain, que la paupière supérieure tombe légèrement et qu'il ne soit pas douloureux. Dans ce cas, la prothèse oculaire ressemble à une grande lentille opaque incluant un iris respectant la couleur de l’œil valide.

Quelles sont les étapes d'adaptation dela prothèse de recouvrement ?

Prothèse provisoire de recouvrement :

Une prothèse oculaire provisoire est suivie d'un appareillage définitif. La prise en charge est assurée pour l'appareillage cosmétique temporaire en vue de la préparation des culs-de-sac conjonctival avant appareillage définitif sur globe oculaire non voyant ou malvoyant. La prothèse de recouvrement provisoire est réalisée sur mesure à partir de l'empreinte primaire ayant servi pour la réalisation du test d'essai. Son périmètre doit assurer une bonne contention du cul-de-sac conjonctival et son épaisseur est adaptée pour éviter toute tension conjonctivale. Lors du premier rendez vous nous procédons à ce que l’on appelle la prise de mesure. Il faut définir une forme, une couleur, une taille d’iris, une couleur de blanc de l’oeil, une vascularisation, un maquillage du veinnage du blanc. Pour cela beaucoup de comparaisons et prises des photos son réalisés. En ce qui concerne le moulage pour le choix de la forme, il dépend du niveau d’atrophie du globe oculaire et de la sensibilité de celui-ci.

Esthétique de l’Iris Avant / Aprés la mise en place de la prothèse de recouvrement :

Deux possibilitées de reproduction à l'identique s'offrent à vous :

  • Nouveau : Empreinte numérique de votre Iris
  • Copie individuelle par un/une miniaturiste expérimenté

AVANT :
Prothese oculaire laboratoire Dencott Avant 1

APRES :
Prothese oculaire laboratoire Dencott Apres 1

Prothese oculaire laboratoire Dencott Avant 2

Prothese oculaire laboratoire Dencott Apres 2

Prothese oculaire laboratoire Dencott Avant 3

Prothese oculaire laboratoire Dencott Apres 3

Prothese oculaire laboratoire Dencott Avant 4

Prothese oculaire laboratoire Dencott Apres 4

Prothese oculairelaboratoire Dencott Avant 5

Prothese oculaire laboratoire Dencott Apres 5

Le choix vous sera conseillé suivant votre cas. La prise d’empreinte de la prothèse sera faite d’après moulage et sur mesure de votre cavité pour faire la prothèse la mieux adapter à votre cavité.

L'épaisseur de la prothèse oculaire de recouvrement est obtenue par l'application de cire calibrée sur le maître-modèle. Etude chromatique de la sclérotique simplifiée et l'iris, choisi dans les iris de collection, doit être adapté à la courbe du globe oculaire et d'un point de vue esthétique elle doit être reproduite de l’œil sain du patient. La prothèse oculaire de recouvrement et mis sur l'oeil non voyant ou malvoyant est une prothèse à appui scléral avec un dégagement en regard de la cornée. L'épaisseur de la prothèse dépendra de l'atrophie plus ou moins marquée du globe oculaire. Elle est réalisée sur mesure, d'après prise d'empreinte, en 2 couches de résines. Une couche de résine représente la sclérotique de l’œil sur laquelle sont reproduites les caractéristiques chromatiques iriennes et sclérales. Une seconde couche, transparente, protège toute la surface externe de la prothèse pour éviter aux tissus d'être en contact avec les éléments (pigments, vascularisation) qui reproduisent les caractéristiques sclérales.

Une prothèse provisoire est suivie d'un appareillage définitif.
• La prothèse provisoire est réalisée sur mesure à partir de l'empreinte primaire ayant servi pour la réalisation du test de tolérance. La prothèse oculaire de recouvrement est réalisée sur mesure avec :

  • reprise du maître-modèle (moulage reproduisant le globe oculaire);
  • la cornée est isolée à partir du maître-modèle par un disque d'étain de manière à préparer le dégagement cornéen.

L’adaptation de la forme :
• Son périmètre doit assurer une bonne contention du cul-de-sac conjonctival et son épaisseur est adaptée pour éviter toute tension conjonctivale.

Nombre de rendez-vous à prévoir :
• Pour la réalisation de cet appareillage, il est nécessaire de prévoir un minimum de deux à trois rendez-vous. Chaque cas étant spécifique, ceci est une moyenne et peut être sujet à variations.

La prothèse de recouvrement définitive :

L’adaptation de la forme :
• La prothèse définitive est réalisée à partir d'une nouvelle empreinte du globe oculaire.
• La prothèse définitive doit être parfaitement adaptée à la conformation du cul-de-sac conjonctival. Sa face interne doit respecter le relief du globe oculaire. Son volume doit permettre, dans la mesure du possible, d'obtenir une ouverture palpébrale identique à celle de l'oeil adelphe.

Matière de réalisation :
• Comme le prévoit la législation, cette prothèse est réalisée en matière organique (polyméthacrylate de méthyl).

Remarque importante :
• Une visite de contrôle 3 à 6 mois après la pose de la prothèse définitive est recommandée au patient pour apporter d'éventuelles modifications et vérifier la tolérance de la prothèse.

Nombre de rendez-vous à prévoir :
• Pour la réalisation de cet appareillage, il est nécessaire de prévoir environ quatre rendez-vous. Chaque cas étant spécifique, ceci est une moyenne et peut être sujet à variations.

Cette prothèse oculaire placée directement sur l'oeil est de type "scléral" : elle repose sur la périphérie en évitant au maximum les contacts avec la cornée. La réussite de ce type d'appareillage est essentiellement conditionnée par la sensibilité du globe oculaire.

Prenez rendez vous avec un adaptateur pour découvrir les lentilles de contact sur mesure de dernières générations pour le kératocône et les autres pathologies :

Téléphone : 01 42 60 44 02

Nous contacter !

Prothèse oculaire sur implant - Qu’est-ce que c’est ?

Par Sylvie Dencott 2 years ago 3386 Vues Pas de commentaires

La Prothèse oculaire sur implant a pour but de remplacer le globe oculaire manquant. Elle permet de restituer à votre œil son aspect naturel et de vous redonner un volume de l'oeil et un regard et un visage harmonieux.

Dans quel cas utilise-t-on une prothèse oculaire sur implant ?

Les interventions d'Éviscération et d'Énucléation sont réalisées sous anesthésie générale sur une hospitalisation de courte durée. Lors de l'opération le chirurgien conserve les muscles et place dans la cavité de l’œil un implant intra-oculaire, reformant en partie le globe. Une fois les tissus bien cicatrisés, un moule de l'orbite est fait par l'oculariste pour prendre les mesures de la future prothèse oculaire. Le moule peut être préparé au cours d'un examen sous anesthésie ou non, en cas pour les enfants.

C‘est un nouveau concept d’implant (poreux qui utilise la propriété de l’hydroxyapatite ou bille en silicone ou bio-céramique qui sont non perforable) afin d'être colonisé par le tissu fibro-vasculaire. L'implant sphérique bio colonisable (voire une greffe dégraisseuse dans de rares cas) sera mis en place dans la cavité orbitaire afin de compenser la perte de volume liée à l’éviscération ou l’énucléation. L'implant orbital, de la forme d'une balle, est inséré dans l'orbite auquel seront rattachés les muscles. L'implant orbital est installé de façon permanente et reste en place toute la vie du patient, hormis complications. C'est pour cette raison que les chirurgiens installent le plus gros implant orbital possible afin d'assurer à la prothèse oculaire le meilleur support possible tout au long de la vie pour la forme de l'orbite.

Adaptation de la prothèse oculaire sur implant :

Dans les 4 à 6 semaines suivant la chirurgie, le prothésiste oculaire pourra alors débuter la réhabilitation prothétique (fabrication d’une prothèse oculaire sur mesure similaire à l’œil naturel) afin d’obtenir la meilleure symétrie possible avec l’œil controlatéral.

Prothèse oculaire sur implant

Une fois l’implant parfaitement intégré dans la cavité de l’œil, on pourra effectuer le moulage de la cavité. Pour récupérer la meilleur mobilité. A ce jour la technique de la perforation de l'implant est abandonné au profit du moulage plus précis et évitant les problèmes infections du à la perforation.

La prothèse est installée sous la paupière, au-dessus de la conjonctive et des muscles qui vont maintenir l'implant orbital. La prothèse oculaire est préparée de façon à ressembler le plus possible à l'œil de l'enfant et à suivre la croissance de l'orbite au fur et à mesure que l'enfant grandira.

Ainsi, la mobilité de la prothèse oculaire est toujours très bonne, aussi bien dans le plan horizontal que vertical et oblique.

Quelques fois, elle est pratiquement identique à celle de l’oeil adelphe, donnant un résultat tout à fait saisissant.

Cependant, même sans le système de couplage, la mobilité de la prothèse reste supérieure A celle obtenue avec un implant classique.

Cela permet dans certains cas d’éviter le perçage, intervention toujours délicate et non sans quelques complications.

Prenez rendez vous avec un adaptateur pour découvrir les lentilles de contact sur mesure de dernières générations pour le kératocône et les autres pathologies :

Téléphone : 01 42 60 44 02

Nous contacter !

Pourquoi porter une lentille sur mesure ?

Par Sylvie Dencott 2 years ago 2980 Vues Pas de commentaires

Il n’existe pas un oeil identique et c’est pour cette raison que nous pensons, chez Dencott, qu’il ne devrait pas y avoir non plus une paire de lentilles de contact identiques. Nos adaptateurs sont convaincus que les lentilles de contact fabriquées sur mesure offrent la garantie de plusieurs années de confort et surtout de corriger le défaut de vision en maintenant ses yeux en bonne santé. La surface de l’œil de l'être humain présente une forme complexe, elle est différente d'une personne à l'autre et même d'un œil à l'autre pour une même personne. D'un autre coté la qualité du liquide lacrymal diffère beaucoup d'un porteur à l'autre. Ces différences sont déterminantes du succès d'adaptation des lentilles de contact. Le matériau et la géométrie de ces lentilles doivent garantir confort et longévité grâce à une parfaite compatibilité avec la qualité et la quantité de larmes du porteur.

Recourir à une fabrication sur mesure pour une correction optimale :

La fabrication des lentilles en grande série est automatisée. Elle ne tient compte que des paramètres principaux, communs à la majorité des porteurs. La fabrication individualisée et personnalisée, réalisée à la demande sur des machines complexes, prend en compte tous les paramètres propres à chaque porteur, afin de reproduire le plus fidèlement possible la topographie cornéenne. De même, le choix personnalisé du matériau, impossible en fabrication de série, permet la parfaite compatibilité biochimique avec les larmes de chacun des patients.

Une adaptation ainsi personnalisée se traduira par une correction parfaite et une nette amélioration de la performance visuelle, du confort de port et de la durée de vie des lentilles tout en respectant parfaitement le métabolisme de l'œil.

Un matériau de qualité pour des lentilles plus confortables :

Profitant des progrès technologiques dans l’industrie optique et dans la chimie, la première évolution majeure des lentilles de contact repose sur l’invention des premiers plastiques, en particulier du polyméthacrylate de méthyle (aussi appelée PMMA ou « Plexiglas ») dans les années 1930.

PMMA ou « Plexiglas »

A partir de cette date, apparaissent les premières lentilles de contact dites « dures » ; Ces modèles de lentilles permettant un port plus long jusqu’à 12 heures d’utilisation continue. Le plexiglas sera à l’origine de la grande diffusion des lentilles à compter des années 1960 : les lentilles de contact sont devenues une alternative intéressante par rapport au port des lunettes de correction.

Les matériaux utilisées dans la fabrication des lentilles de contact poursuivent ensuite leur mutation. Le verre cède l’essentiel du terrain aux lentilles en plexiglas. Mais même légère et en composite de plastique, la lentille de contact reste tout de même assez inconfortable.

L’inconvénient majeur de ces lentilles en plexiglas c'est qu'elle ne permettent pas à l’œil de respirer, la cornée est en apnée, manquant ainsi de l’oxygène. Les premières lentilles de contact dites « rigides perméables au gaz » (RGP), ou « lentilles rigides perméables à l'oxygène » (LRPO), sont inventées à la fin des années 1970 et ne cessent depuis d’évoluer. Côté perméabilité, le verre est, lui, définitivement délaissé au profit de nouveaux matériaux.

Au cours de la même période, autour des années 1960, les travaux de deux chimistes tchèques, Otto Wichterle et Drahoslav Lim, marquent le début d’une petite révolution dans le monde de correction des troubles de vision par lentilles de contact : les gels hydrophiles ou hydrogels permettent la production des premières lentilles souples. Encore plus légères, nettement plus confortables, elles sont également perméables à l’oxygène (lentilles de contact en hydrogels de silicone) et parfois même jetables, ne nécessitant plus l’usage de produits d’entretien quotidien.

Les lentilles souples en hydrogel :

Les premières lentilles souples hydrogel ont été réalisées par Otto Wichterlé en polyhydroxyethylméthacrylate (pHEMA).

lentilles souples en hydrogel

Depuis de nombreux matériaux ont été découverts et mis sur le marché par les différents fabricants de lentilles. Tous ces matériaux sont fabriqués à partir de peu de monomères de base. Leur choix va dépendre du caractère final que veut privilégier le fabricant de lentille (car malheureusement il n’y a pas de produit miracle) :

  • Meilleure perméabilité à l’oxygène augmentant avec la teneur en eau
  • Meilleure résistance aux dépôts
  • Meilleure résistance à la déshydratation qui a tendance à augmenter avec la teneur en eau.

Les lentilles silicone hydrogel

De nombreuses tentatives furent faites pour utiliser les élastomères de silicone compte tenu de leur fort Dk. Mais le caractère hydrophobe du silicone provoquait « le ventousage » de la lentille sur la cornée par perte du film lacrymal et les surfaces hydrophobes favorisaient les dépôts lipidiques. Une seule lentille de ce type (avec traitement de surface) fut mise sur le marché : la Silsoft en 1984 pour les enfants aphaques. De nombreuses années d’effort furent nécessaires aux chimistes pour réussir à obtenir un matériau transparent à partir d’un composé siliconé hydrophobe et de composés hydrophiles tels HEMA.

La première génération de silicone hydrogel nécessitait un traitement de surface par plasma des lentilles pour rendre leurs surfaces suffisamment hydrophiles.

La seconde génération de matériaux incorporait dans ceux-ci un agent mouillant. Les lentilles ne nécessitaient plus de traitement de surface.

L’hydratation est plus importante que pour les lentilles de la première génération et le module plus faible ce qui donnera des lentilles plus souples.

La troisième génération a une chimie différente. Peu d’informations sont disponibles, on sait qu’elles sont formés d’une longue chaîne comprenant des groupes siloxy combinés avec d’autres composants. Les matériaux obtenus sont naturellement hydratables. Alors que pour les matériaux de la seconde génération le Dk diminuait quand l’hydratation augmentait, ces matériaux combinent un fort Dk et une hydratation importante qui leur donne un module faible.

Lentilles rigides perméables au gaz

Pour découvrir des matériaux permettant de réaliser des lentilles rigides qui soient perméables aux gaz, les chercheurs s’orientèrent vers l’utilisation d’élastomères de silicone. Les difficultés posées par les silicones hydrophobes ne commencèrent à être surmontées qu’après l’invention de la molécule TRIS associant une partie silicone avec le groupe acrylate. Par polymérisation elle permit de donner naissance aux premiers matériaux silico-acrylates dont la mouillabilité restait faible et le Dk compris entre 10 et 20 barrers.

Lentilles rigides perméables au gaz

Les progrès vinrent par le remplacement de l’acide méthacrylique par des monomères fluorés donnant naissance à la génération des acrylates de fluorosilicone. Ces matériaux sont non polaires, conservent une bonne mouillabilité et surtout on obtient des Dk dépassant 100 barrers. Cependant la surface de ces matériaux était plus molle et cela rendait les lentilles plus sensibles aux risques de rayures.

Pour augmenter la dureté on a ajouté du siloxyanylstyrène pour créer le tisifilcon A tout en conservant une bonne mouillabilité et un fort Dk.

Les lentilles distribuées par le laboratoire Dencott quant à elles sont fabriquées par les matériaux suivants : le Silicone, le méthacrylates alkyl et le copolymers de fluor de dernière génération ce qui les rend beaucoup plus confortables et qualitatives que la moyenne, nous sommes en recherche permanente sur des nouveaux matériaux.

Prenez rendez vous avec un adaptateur pour découvrir les lentilles de contact sur mesure de dernières générations pour le kératocône et les autres pathologies :

Téléphone : 01 42 60 44 02

Nous contacter !

Nos marques